La Workeuse

Travailler à Paris : un art de vivre

Je ne compte même plus le nombre de mes amis qui vivent en province et se montrent émerveillés à chacune de leurs aimables visites dans mon antre parisienne. C’est parce qu’ils ne se rendent pas compte. Ils n’ont pas vécu les heures de pointe, les trajets interminables, les gens furibonds qui vous bousculent et vous fourrent leur dos spongieux dans les narines, le tissu de leur vêtement gorgé de transpiration. Travailler à Paris est un art, en quelques sortes. Si se rendre au travail est déjà une prouesse digne des meilleures acrobaties olympiques, en trouver un est encore autre chose.

On commence par s’installer

Quand on arrive en ville, ou même hors de la ville, avec la ferme intention de travailler à Paris, on commence par choisir un logement. Le plus dur, c’est d’en trouver un qui soit suffisamment peu éloigné du futur lieu de travail et qui, dans un même temps, soit dans un quartier considéré comme sympa, tout en étant assez grand et pas trop cher, assez calme et pas trop isolé.

Autant dire que c’est un rêve quasiment impossible à réaliser. À un moment ou à un autre, mes petits loups, vous allez être obligés de faire des concessions ! Je ne vous conseille surtout pas de privilégier un appartement plus petit qu’un mouchoir de poche, au simple prétexte qu’il se situe dans un superbe quartier à trois stations de votre boulot. Croyez-en mon expérience de vieille Parisienne habituée, vous éprouverez une joie bien plus immense à rentrer chez vous aux alentours de 22 heures, mais dans un joli petit 40m² tout confort.

Et puis, vous vous en rendrez vite compte : rares, très rares sont les Parisiens qui ont la chance incroyable de ne pas devoir effectuer plus de 30 minutes de trajet pour se rendre au travail. En revanche, ils sont beaucoup plus nombreux à vivre en périphérie, voire parfois même dans un autre département ! Ce phénomène de migration pendulaire est propre aux grandes métropoles. Quand on en est là, 2 heures de voyage par jour pour travailler à Paris, c’est la base.

metro-travailler-a-paris

On se taille une place au soleil (de la gare d’Austerlitz)

La success story de l’entrepreneur qui monte sa boîte et devient multimillionnaire en quelques années ; ou encore celle de l’actrice de province qui éblouit les plus grands réalisateurs par son talent hors-norme ; ou le petit employé qui gravit les échelons et finit chez de service dans un organe d’État… ces rêves, on les a tous eus, non ?

Eh bien, je ne vais pas vous dire de les oublier, mais je ne vais pas non plus vous laisser miroiter que le parcours sera facile ! Foi de Parisienne, tout est possible quand on le veut vraiment ; mais nous sommes si nombreux à vouloir la même chose que le fait de l’obtenir nécessite une mentalité en acier trempé ! Rassurez-vous, puisque vous allez travailler à Paris, vous vous rendrez bien vite compte que le seul moyen d’exister, c’est de se faire entendre.

Jouer des coudes dans le métro, profiter de la moindre petite place pour vous faufiler, de la moindre opportunité pour évoluer, ce sont ces gestes simples qui vous aideront à grappiller et agglomérer peu à peu les branches qui serviront à tisser votre nouveau nid de petit oiseau parisien.

Travailler à Paris et profiter des douceurs de la vie

Même si au départ la quasi-totalité de votre salaire part dans votre loyer, vous finirez tôt ou tard par être capable de profiter des douceurs de la vie parisienne. Les terrasses des cafés vous souriront, les restaurants vous donneront l’eau à la bouche, vous ferez ami-ami avec votre boulanger, vous sortirez souvent, verrez tout ce que la ville a à vous offrir.

travailler-a-paris-paris

Et puis, il faut bien se dire une chose : si tu peux partir le matin avant même que le soleil n’arrive, et sans dire un seul mot t’agripper à la barre dans le métro, ou perdre d’un seul coup 100 euros dans un café du 16ème arrondissement, sans un geste et sans un soupir, si tu peux rentrer le soir et supporter de médiocres programmes à la télévision, être trop épuisé pour te faire cuire le moindre steak, et te sentir haï sans haïr à ton tour, si tu peux travailler à Paris sans jamais voir la lumière du jour, et malgré tout sourire quand arrive le week-end, alors les bars, les boîtes, les restaurants seront à tout jamais tes lieux de prédilection et, ce qui est mieux que les Rois et la Gloire, tu seras Parisien, mon fils !

Quelques infos sur ce billet

Posté le 24/03/2019 · dans la catégorie Boulot

Vous aimerez peut-être...